Posted in Portraits

Cathy Lassalle, un parcours affirmé

Cathy Lassalle, un parcours affirmé Posted on 12 octobre 2018

Cathy Lassalle fait partie des 14% de femmes cheffes d’entreprises de plus de 10 salariés en France. Au fond d’elle-même, elle a toujours voulu être entrepreneure, image qu’elle associe à celle d’une « femme libre ». Il lui a fallu un temps nécessaire pour y parvenir, et se réaliser pleinement lié à un cheminement personnel et des freins qu’elle a su lever. « J’ai grandi dans un milieu familial essentiellement masculin. J’utilisais leurs codes », raconte-t-elle avec le recul. Les univers professionnels dans lesquels elle a aussi évolué étaient semblables.

« J’avais mon bouclier »

La PME qu’elle dirige aujourd’hui est une menuiserie de 18 salariés, spécialisés dans la conception et fabrication d’agencements et cuisines haut de gamme, à Rennes et à Lannion. Son business (1,6 M€ de chiffre d’affaires) la porte dans tout le grand Ouest, mais aussi en région parisienne (15% de son activité), pour des projets toujours très personnalisés, « du sur mesure absolu », sans gamme ni catalogue. 

Nous n’avons pas de modèle, nous partons d’une page blanche à chaque projet que nous désignons pour le client

Ex-responsable export d’une brasserie indépendante, puis cadre chez Décathlon, elle s’est lancée dans l’entrepreneuriat avec son mari, ou plutôt dans l’ombre de son époux, avec qui elle a repris l’entreprise… « C’était mon bouclier », confie Cathy Lassalle qui s’en amuse aujourd’hui et qui s’arrangeait de cette situation jusqu’au jour où elle a eu un déclic. 

Je m’étais mise en retrait naturellement. J’avais endossé une carapace, mais je ne voulais pas passer inaperçue quand même

Et encore moins pour « la femme de ». Ne pas se laisser marcher sur les pieds non plus et surtout se faire respecter vis-à-vis de l’extérieur.

Prendre les devants

Elle a donc décidé de prendre les devants petit à petit, de « se libérer », de s’exposer aussi plus chaque jour, de « sortir de sa zone de confort »… « Timide, il fallait que je prenne mon courage à deux mains, car je savais que c’était bénéfique pour l’entreprise. » Mais surtout « rester soi », quoi qu’il arrive, pour défendre son enseigne, ses forces humaines et ses valeurs, en imposant une marque : les Ateliers Malegol. Prendre sa part de responsabilités en quelque sorte également et s’affirmer :

Nos talents ont une valeur. Il faut défendre sa valeur et ses valeurs ! Et ne pas avoir peur de facturer au juste prix

Des valeurs qu’elle partage désormais au sein du réseau Bouge Ta Boite, mais également dans son cercle familial, notamment auprès de ses trois filles.

« Je fais le job ! »

Son air posé et sa douce voix imposent finalement une véritable stature de femme d’affaires, calmement. Retranché derrière des lunettes originales, le regard presque malicieux de Cathy Lassalle force le respect. « Je fais le job ! », lâche-t-elle fièrement, mais humblement.

Bougeuse, Cathy Lassalle apprécie « la bienveillance » du réseau Bouge ta Boite qu’elle a rejoint il y a un an pour lever le nez du guidon et rencontrer des compétences.

Ce sont des femmes qui ont les mêmes problématiques que moi, qui me donnent une leçon de business. Elles m’ont aussi donné confiance. Se retrouver ensemble est un moment où je me ressource. A chaque fois, je récupère une dose d’énergie. Et, cerise sur le gâteau, j’y ai fait moi-même du business ; je n’ai pas fait qu’en donner aux autres. C’est la satisfaction suprême.

Son conseil business ?

Oser affirmer sa valeur ! Une compétence a un prix ; il faut en être convaincue.

www.cuisinesmalegol.com

shares