Posted in Portraits

Gaëlle Bassuel, Fondatrice de YesWeShare et Bougeuse à Paris#2, crée un robot qui deviendra peut-être le défenseur de la mixité dans les entreprises !

Gaëlle Bassuel, Fondatrice de YesWeShare et Bougeuse à Paris#2, crée un robot qui deviendra peut-être le défenseur de la mixité dans les entreprises ! Posted on 30 avril 2019

Gaëlle Bassuel est la fondatrice de la start-up YesWeShare. Elle a lancé le premier assistant virtuel au service de la qualité de vie au travail.

Ce robot s’appelle OSCAR, Organisation Social CollAborative Robot. Il sensibilise les collaborateurs des entreprises et collectivités aux manifestations du sexisme ordinaire. Il veut aussi agir en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Peut-être deviendra t-il un jour, le meilleur défenseur de la mixité dans les entreprises !

Quelles lignes Gaëlle bouge-t-elle ?

Le moteur de Gaëlle est justement de bouger les lignes. Et ce n’est pas nouveau. Elle fait sienne cette phrase d’Antoine de St Exupéry : « Etre Homme, c’est précisément être responsable. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde ». Elle y retrouve le fil conducteur de ses choix professionnels : le besoin d’agir pour plus d’équité et d’humanité.

Son diplôme d’HEC en poche, Gaëlle Bassuel travaille 3 ans dans l’audit puis s’engage en tant que volontaire pour Action Contre la Faim. Elle passe alors douze ans au service de différentes ONG et agences internationales en Afrique et en Asie. De retour en France elle intègre le Groupe Alpha, cabinet de conseil spécialisé dans l’emploi, les relations sociales et les conditions de travail.

Et c’est 10 ans après que son envie d’entreprendre reprend le dessus. Toujours intéressée par l’économie circulaire et collaborative, elle a la double intuition que l’entreprise est un terrain privilégié pour l’économie du partage et que le partage est un levier puissant de lien social.

Son ambition : combattre le mal-être au travail et mettre on énergie au service d’une nouvelle forme de rapport au travail. D’où la création en 2017, de YesWeShare, plateforme de partage entre salariés, outil de qualité de vie au travail et d’engagement des collaborateurs au sein des organisations.

« Se lancer à 43 ans dans un projet d’entrepreneuriat, ça n’est pas la même chose qu’à 25 »

Gaëlle a un fils de 9 ans, elle avait le souci que sa famille ne pâtisse pas de son choix. « Mon plus grand frein était plus interne qu’externe, c’est moi qui me le suis imposé ; alors que j’avais souvent pris des risques dans ma vie, en tant que mère j’ai eu besoin de me donner ce temps plus long de décision ». Aujourd’hui, tous la soutiennent au quotidien dans cette aventure et c’est précieux ! « Mon beau-fils également, qui vit au Mali depuis quelques années, se tient très informé. Cette confiance de mes proches, famille et amis, ça me porte ! »

Quels sont les secrets pour être une bonne entrepreneure et pour développer son entreprise ?

Pour Gaëlle, « il faut trouver le bon équilibre entre l’écoute des autres et la confiance en ses convictions. Il faut savoir ce qu’on est prêt à perdre si ça ne fonctionne pas comme on l’espérait, bien identifier quelles sont ses propres limites en termes d’impact sur sa vie personnelle et sur son train de vie ». Gaëlle sait aussi qu’il faut savoir se préparer à l’avance à avoir parfois le « vertige », « avoir un certain goût pour le risque (mesuré) et l’adrénaline ».

Réussir un projet entrepreneurial, c’est aussi une question de timing, selon Gaëlle. « Il faut sentir que c’est le bon moment. Au fond, il faut ressentir une évidence, par rapport à soi, par rapport au marché. »

Bouge ta Boite : « des yeux extérieurs en toute confiance »

Quant à son engagement dans Bouge ta Boite, Gaëlle, Bougeuse dans le Cercle Paris#2, l’explique par le fait qu’elle veut pouvoir se questionner et se confronter à « des yeux extérieurs en toute confiance ». Elle souhaite aussi refléter ses valeurs de bienveillance et d’ouverture. Gaëlle veut également promouvoir l’entrepreneuriat féminin « sans exclure les hommes », en construisant ensemble « les conditions d’une entreprise plus humaine, où bienveillance peut rimer avec ambition, efficacité sociale avec efficacité économique. »

Découvrez le Cercle Bouge ta Boite Paris#2 !

Sylvaine Salliou
© – Bouge ta Boite – 30/04/2019

shares