Posted in Actualités Business

Conseil Business : Comment gérer sa charge mentale ?

Conseil Business : Comment gérer sa charge mentale ? Posted on 9 décembre 2019

Commençons par une définition. Selon le Petit Larousse 2020, la charge mentale est le poids psychologique que fait peser (plus particulièrement sur les femmes) la gestion des tâches domestiques et éducatives, engendrant une fatigue physique et surtout, psychique“.

A en croire cette définition, la charge mentale pèserait donc “plus particulièrement sur les femmes”. Pour Sophie Lefaix, coach spécialisée en Développement & Transition Professionnelle et Boosteuse de Dijon, l’homme a aussi sa part de charge mentale, mais la femme a plus de légitimité pour le dire. Homme ou femme, les conseils pour travailler sur cette charge mentale sont les mêmes. Elle nous en livre quelques-uns.

Sophie Lefaix est très claire, elle déteste ces « listes de recettes miracles » pour réduire sa charge mentale, « elles ont tendance à en rajouter plus qu’à soulager, dit-elle, il s’agit souvent d’injonctions pour s’en sortir et en fait, c’est culpabilisant et ça rajoute une couche de stress, car faire baisser sa charge mentale est beaucoup plus complexe. » Pour elle, il n’existe pas UNE seule solution.

Je fais ce que je peux et le reste, je ne le fais pas

 

La charge mentale est ce qui nous rend vivant, il faut juste qu’elle soit contrôlée. Sophie Lefaix prend l’exemple du cuisinier du bord de mer. Il a une charge mentale faible en plein hiver, quand son restaurant se vide et une charge mentale très forte en pleine saison. Elle explique qu’il s’agit de doser les choses, d’en abandonner certaines quand c’est trop ou quand ça ne marche pas.

« Je fais ce que je peux et le reste, je ne le fais pas », répète-t-elle à l’envi, c’est exactement ce qu’il faut faire pour éviter la surchauffe. Pour elle, il faut se poser les vraies questions et ne pas s’encombrer : « Par exemple, posez-vous la question de ce qui est vital, de ce qui va changer votre vie. Posez-vous aussi la question de ce qui a peu d’intérêt et que vous aurez oublié dans quelques jours et qui n’est pas important. » Les réponses à ces questions sont différentes, selon les personnes, car « ce qui est important pour certains, est superficiel pour d’autres ».

C’est la surchauffe qui est dangereuse

La surchauffe, c’est quand on n’y arrive plus, “c’est là qu’il faut se méfier, car elle se fait sentir de manière sournoise”, explique Sophie Lefaix. Il existe quelques signaux d’alerte : la grande fatigue, l’hyperémotivité et le sentiment qui ne vous quitte plus d’être débordé.

Sophie préconise de se poser et de se donner du temps pour réfléchir. Elle propose aussi de se demander parfois quels conseils vous donneriez si c’était votre meilleure amie qui était en train de vivre ces moments désagréables. « Alors essayez de vous les appliquer à vous-même », dit-elle.

 

shares